Accueil du site > Actualité > USTKE : disparition de Jacky Fourreau

USTKE : disparition de Jacky Fourreau

lundi 6 décembre 2010, par Admin

COMMUNIQUE DU BUREAU CONFEDERAL & DU COLLEGE HONORAIRE DE L’USTKE

°°°°°

C’est avec une infinie tristesse que nous avons appris la nouvelle du décès brutal survenu hier à Paris de notre camarade et frère Jacky Fourreau. L’annonce de la disparition de celui qui fut durant près d’un quart de siècle un fidèle compagnon de route de l’USTKE et un infatiguable relais de nos luttes auprès de la CGT, nous plonge dans une peine immense, que les mots ne peuvent exprimer.

JPEG - 48.6 ko

Jacky Fourreau à la fête de l’huma

Syndicaliste dévoué, formateur hors pair, militant internationaliste exemplaire et homme d’exception, Jacky était tout cela à la fois. Dans le prolongement du Congrès de Tiga de 87, c’est à l’initiative d’Augustin Dufresne, défunt secrétaire général de la Fédération des Mines CGT, que Jacky Fourreau noua ses premiers contacts avec notre organisation, d’abord en tant que formateur, puis comme architecte du CCEOP, la structure de formation de l’USTKE qui symbolise le mieux l’excellence et la réussite de cette politique de coopération multiforme qui s’est établie entre la CGT et notre organisation depuis 1986.

Si l’USTKE compte aujourd’hui des centaines de cadres et de militants aguerris, on le doit pour beaucoup à la qualité de la politique de formation syndicale dispensée par Jacky Fourreau et les éducateurs du CCEOP qu’il aura contribué à former et à faire émerger. Pas un savoir clé en mains, mais quelques outils conceptuels fondamentaux pour mieux comprendre les mécanismes d’oppression et d’aliénation auxquels les travailleurs sont confrontés au quotidien. Jacky nous aura rendu meilleurs, et nous lui devons une dette immense.

On ne saurait évoquer la personnalité de Jacky Fourreau sans parler de ses qualités d’homme, de son humilité jamais prise en défaut, de sa disponibilité, de sa gentillesse. Plus d’une fois il s’est extirpé de sa lointaine province pour venir à la rencontre d’un camarade de l’USTKE de passage à Paris, et il était toujours aux petits soins pour vous aider, pour vous faire le coup du rituel de la brasserie de la Gare de l’Est, ou pour vous faire l’hospitalité de sa maison du Sud‐Ouest et vous faire partager ses produits du terroir qu’il affectionnait tant. Jacky, c’était la classe fait homme.

Mais par‐dessus tout, Jacky Fourreau avait su donner du sens au mot « fraternité ». Entre Jacky et la Kanaky, cela allait bien au‐delà d’une simple question de devoir et de solidarité. Se revendiquant des traditions les plus nobles de la CGT, Jacky Fourreau, en militant anticolonialiste convaincu qu’il était, s’est toujours reconnu dans le combat du Peuple Kanak pour une Kanaky libre, indépendante et souveraine. Durant 25 ans, il en fut l’ambassadeur dévoué et intransigeant auprès des instances dirigeantes de la CGT et de l’OIM. La standing ovation qui lui était toujours réservé dans nos congrès ne devait rien au hasard. Jacky Fourreau, c’était toujours le plus grand parmi nos invités de marque.

A l’unisson de la CGT, l’USTKE pleure aujourd’hui un frère de lutte qui laisse un grand vide dans nos coeurs. Au Secrétaire Général de la CGT Bernard Thibault, aux camarades de la Fédération CGT de la Mine et de la Métallurgie, à tous les militants de la CGT, le Bureau Confédéral et le Collège Honoraire de l’USTKE adressent leurs condoléances les plus fraternelles. A sa femme Christine et à ses enfants, nous voulons leur redire toute notre amitié et toute notre solidarité.

Merci Jacky, et puisses‐tu reposer en paix.

La Kanaky reconnaissante.

Nouméa, Kanaky,

le 24 novembre 2010.

1 Message

  • USTKE : disparition de Jacky Fourreau 17 janvier 2011 21:36, par fourau

    merci pour le bel hommage fait à mon mari.Jacky était mon mari depuis 40 ans et il était un homme bon et passionnant. Il aimait la Kanaky et vous tous.Il voulait que ses cendres soient dispersées dans sa Kanaky aussi ma fille Vanessa et moi garderons un peu de Jacky que nous donnerons à LOULOU lors d’une prochaine visite en France.Nous sommes anéanties de douleur et nous tenons à vous remercier de tout notre coeur pour tous les hommages faits à jacky et pour vos belles fleurs.Aucune nouvelle de Jodar depuis le décés de Jacky et je ne comprends pas ni de Ronald.................

    Affectueusement

    Christine FOURAU et ses enfants

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Avec le soutien de Bellaciao.org
Hébergé par D.R.I.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0