Du Conseil de Paris

samedi 10 octobre 2009

Conseil de Paris

Séance des 29 et 30 septembre 2009

Vœu présenté par Ian Brossat, Danielle Fournier, les élus du Groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, les élus du Groupe Les Verts.

En réaction à la répression subie par des membres de l’Union Syndicale des Travailleurs Kanaks et des Exploités (USTKE), un collectif regroupant des associations, des organisations syndicales, des jeunes, des partis politiques s’est constitué.

28 prévenus ont été arrêtés à l’issue d’une manifestation et jugés pour les mêmes faits, mais les peines prononcées ont été extrêmement différentes, et disproportionnées, allant jusqu’à un an de prison ferme pour le leader syndical de l’USTKE.

Gérard Jodar, leader de l’USTKE, incarcéré au camp Est, a décrit les conditions de détention inacceptables dont les prisonniers font l’objet en Nouvelle Calédonie, avec une suroccupation qui s’élève à 257 %. Celui-ci a été mis en mandat de dépôt et est interdit de parloir depuis qu’il a accordé une interview au journal Libération, dans laquelle il décrivait notamment ses conditions d’incarcération.

Les actions de police puis de justice qui ont été menées à l’encontre de ces syndicalistes sont justifiées par les autorités comme menées « au nom de l’ordre Républicain ».

Pourtant, l’USTKE (qui compte 5.000 adhérents kanaks et non kanaks) et ses membres font l’objet d’une répression qui contredisent nos principes démocratiques et s’inscrit dans un mouvement de criminalisation du mouvement syndical.

Pour ces raisons, sur proposition de Ian Brossat, Danielle Fournier, des élus du Groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, des élus du Groupe Les Verts, le Conseil de Paris émet le vœu que le Maire de Paris réaffirme l’attachement des Parisiens à la liberté syndicale et apporte son soutien aux syndicalistes incarcérés en Nouvelle-Calédonie.

Répondre à cet article

Avec le soutien de Bellaciao.org
Hébergé par D.R.I.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0