Accueil du site > Témoignages > Kanakement vôtre

Kanakement vôtre

vendredi 1er février 2008

Bonjour C,

Cela fait un moment que je voulais vous écrire pour vous faire part de la situation.

Jeudi dernier, un de nos camarades a été embarqué sur son lieu de travail. Il a passé la nuit dans une prison (pas en cellule de dégrisement) mais dans une cellule spéciale située au sous sol, très sale, avec du sang encore frais, sûrement le sang de nos camarades qui ont été tabassés par le GIPN, on avait fait exprès de ne pas nettoyer cette cellule. Il avait enregistré sur son mobilis un film où on pouvait voir le GIPN caillasser les voitures des grévistes, lors du conflit du 16-17 jan. Quand il est ressorti de prison, il n’y avait plus aucune photo sur son mobilis, même les photos de ses enfants avaient été supprimées.

J. m’a demandé de vous saluer et de vous souhaiter une bonne année. C’est mon oncle c’est pourquoi je témoigne de ce qu’a subi son fils, X. Agé de 17 ans, X a été tabassé par 4 GIPN qui ne savaient pas qu’il était mineur. Il s’est fait chopé lors du conflit. Il fait partie des 5 blessés graves. Il porte les marques sur son visage de l’acharnement d’un GIPN qui n’a pas hésité à chiffoner sa face contre le sol après l’avoir roué de coups. Fort heureusement, X est sorti 2 jours après son interpellation (lui aussi a été traîté comme un grand criminel) du fait que c’est un mineur ; sinon, il serait de l"autre côté. La violence dont a été victime X a mobilisé encore un peu plus de jeunes venus en solidarité.

Chaque jour, des responsables syndicaux sont interpellés, présents ou pas les 16/17 janv derniers, soit au travail soit chez eux : la chasse à l’homme est ouverte ! Ils sont arrêtés devant femmes et enfants, sans ménagement et passent la nuit en prison. Il faut absolument que "la protection de l’enfant" constate le traumatisme que subissent les enfants de nos responsables ! C’est grave ! Les droits de l’homme tout simplement sont bafoués ! Nous dénonçons l’abus de pouvoir, la manipulation de la justice à des fins politiques. La déclaration des droits de l’homme et du citoyen, par le biais des juges, du procureur, de la police et du gouvernement ne signifie plus rien ici, en Kanaky.

La grève est illimitée et nous manifestons tous les 2 jours, afin d’interpeller l’opinion publique, l’Etat et le gouvernement. Il faut témoigner de ce qui se passe actuellement car la situation ne va pas en s’améliorant ; les médias sont contrôlés par la Province Sud et le gouvernement ; tant à droite qu’à gauche. Tout n’est qu’intérêt politique à la vue des prochaines élections municipales.

Le 25/01/08, nous étions en grève générale et nous nous sommes rendus au commissariat de Nouméa en solidarité avec nos camarades emprisonnés, pour demander leur libération, pour être entendu et nous déclarer coupables au même titre que ceux injustement détenus à « l’île de l’oubli ». La seule chose qui peut nous être reprochée est que nous faisons partie d’un syndicat indépendantiste qui dérange l’actuel gouvernement et les lois « sarkosiennes », dignes d’un régime totalitaire. La police a refusé de nous entendre. Le président a appelé chaque camarade femme à venir soutenir O. la femme d’un responsable de l’USTKE, venue porter plainte contre le GIPN et leurs méthodes barbares : elle avait été choquée ainsi que ses enfants quand le GIPN a débarqué chez elle, tous cagoulés et armés, pensant trouver son mari. Le président a déclaré que chaque jour, des camarades viendront témoigner des agissements du GIPN.

Lundi, 4 camarades ont été entendus dont une femme. Durant les interrogatoires, ils n’ont cessé d’être harcelés et jugés ; le Président Jodar a été dénigré ainsi que le Parti Travailliste. Chacun d’eux a demandé de conserver une copie de leur déposition ce qui leur a été refusé après qu’ils aient chacun signé leur déposition. En assemblée générale, un des 4 camarades a conseillé aux prochains qui iraient déposer d’être forts mentalement car l’oppression est grande de la part des policiers surtout des policiers locaux, kanak, océaniens, qui abusent de leur pouvoir...

Hier matin, soit un jour après les 4 premiers témoignages des camarades de l’industrie, le GIPN s’était posté au péage en espérant attraper Gégé : cagoulés, sur le ventre, armés, comme dans un film. Ils ont contrôlé chaque véhicule du cortège qui protège le Président. Un des GIPN a d’ailleurs déclaré « quand on attrapera Jodar, il va passer un sale quart d’heure ! ». Ce même jour, à 3h du matin, l’USTKE a bloqué la CSP, filiale de VEOLIA, en solidarité avec Carsud. Ces messieurs dames de la police ont tous cru que nous allions bloquer le Haussariat et étaient donc tous mobilisés, damés de fourgons, de flics, de gardes mobiles…

Le week-end dernier nous avons organisé 2 journées de solidarité pour récolter des fonds pour les familles des emprisonnés, des grévistes de Carsud et pour pouvoir payer les avocats qui défendront nos camarades et dénonceront les agissements des forces de l’ordre.

La lutte continue et nous voulons vous faire part de la situation car plus le temps passe plus nous nous dirigeons vers l’affrontement « final ».

Je ne peux hélas plus vous témoigner car l’AG va commencer.

Merci de faire passer le message car rien ne va plus, et le monde doit savoir ce qui se passe ici. On se croirait revenu 20 ans en arrière au temps des évènements qui ont marqué et déchiré la vie de chaque Kanak. Nous nous battons pour que nos droits soient respectés, et pour notre terre nourricière Kanaky sur laquelle nos enfants grandiront, dans la paix et le respect.

Je vous laisse et vous salue bien…LA LUTTE CONTINUE ! VIVE L’USTKE, VIVE LE PARTI TRAVAILLISTE, VIVE KANAKY LIBRE ET INDEPENDANTE !!!

Kanakement vôtre

D.

1 Message

  • Kanakement vôtre 2 février 2008 14:22, par rosecelavi

    Courage, tenez bon. L’information commence à circuler ici, nous recevons des mails que nous renvoyons.

    Peut-être pourrions-nous faire une pétition pour dénoncer cette répression violente et ignoble qui s’abat sur les travailleurs et leurs enfants en Kanaky ?

    Voir en ligne : solidairement vôtre

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Avec le soutien de Bellaciao.org
Hébergé par D.R.I.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0